Suite à la lecture de l’avant-projet de loi de financement de la Sécurité sociale, Nexem et ses
partenaires ont décidé de diffuser, ce jeudi 30 septembre, un communiqué de presse. Nexem
tire la sonnette d’alarme quant à l’immense majorité des professionnels du social et médicosocial
exclus des revalorisations. Découvrez le communiqué…

“Alors que l’accord Laforcade porte sur la revalorisation salariale de nos métiers, c’est avec
stupéfaction et inquiétude que Nexem, principale organisation professionnelle des
employeurs du secteur social, médico-social et sanitaire privé à but non lucratif, a découvert
l’avant-projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS). Les mesures prévues par
l’accord ne sont reprises que très partiellement. Aucune enveloppe financière n’est allouée
pour la revalorisation des professionnels de l’accompagnement. Aucune information n’a été
donnée pour expliquer les choix effectués.

Notre organisation reste ainsi dans l’attente d’une réponse gouvernementale aux
propositions de revalorisation des métiers du secteur social et médico-social faites cet été
par les représentants des employeurs et des salariés. A cela s’ajoute, l’absence totale
d’avancée sur le sujet de la Conférence sociale, pourtant prévue par l’accord Laforcade pour
la fin de l’année, faisant craindre qu’elle ne soit plus à l’agenda des pouvoirs publics.

Aujourd’hui, l’immense majorité des salariés de notre secteur sont exclus des revalorisations
salariales et sont à ce stade écartés du PLFSS 2022 !

Sans explication de la part du Gouvernement, Nexem s’interroge sur la réalité des travaux
engagés et la considération des pouvoirs publics à l’égard des personnes les plus fragiles de
notre société.

Plus que jamais, à la lumière de la crise sanitaire qui traverse encore le pays, l’attractivité
des métiers du secteur social et médico-social est un enjeu crucial pour un meilleur système
de santé, la force et la cohésion de notre modèle social, et notre économie. Ne pas relever ce
défi ensemble serait une terrible erreur.

C’est la raison pour laquelle Nexem ne peut se satisfaire de la faiblesse du PLFSS proposé,
signe très négatif envoyé à tous les acteurs du secteur. Dès aujourd’hui, Nexem interpelle le
Premier ministre en sollicitant une rencontre en urgence et poursuivra fermement son action
en faveur des métiers et des professionnels du secteur, notamment dans le cadre du débat
parlementaire à venir.”