segur-et-ouvrieres

Les derniers ajustements du Ségur de la Santé ont exclu les personnels administratifs et techniques du secteur handicap de la revalorisation dans le privé et le public autonome. Une cinquantaine de directeurs publics dénoncent cette injustice.

Une cinquantaine de directeurs d’établissements publics ont envoyé une lettre ouverte à Sophie Cluzel, secrétaire d’État en charge des Personnes handicapées. Ils réclament l’intégration dans le secteur handicap autonome du complément de traitement indiciaire (CTI), autrement dit la prime Ségur, pour l’ensemble des salariés, quelque soit leur statut, à l’image de ce qui a été appliqué aux hôpitaux et aux Ehpad.

À ce jour les personnels administratifs et techniques du secteur handicap, dans le public comme dans le privé, sont toujours exclus de cette prime. Les directions n’ont toujours pas de précisions pour son application ou non au 1 avril sur des personnels dont les fonctions sont mal cadrées entre le technique et l’éducatif comme les veilleurs de nuit ou les moniteurs d’atelier. L’initiative est soutenue par le Groupe national des établissements publics sociaux et médico-sociaux (Gepso), la Fédération hospitalière de France (FHF) et le Collectif des directeurs d’établissements sanitaires, sociaux et médicosociaux (CoD3S).

Une initiative du terrain

Les directeurs d’établissements, qui ont pris l’habitude d’échanger de manière informelle au coeur de la crise Covid, ont donc décidé de réagir de manière formelle et collective en envoyant tous la même lettre ouverte à Sophie Cluzel. « Jusqu’à présent nous avons été de bon soldats, explique à Hospimedia Henri Bardell, directeur d’établissements handicap et d’un Ehpad dans le Var, mais quand Sophie Cluzel nous a parlé dans son courrier du 17 mars  d’équité en excluant 3 000 fonctionnaires du CTI soit 0,25% de l’effectif de la fonction publique hospitalière, nous avons vécu cela comme une profonde injustice. D’autant que ces derniers ont été les chevilles ouvrières du bon fonctionnement de nos établissements pendant le Covid. De plus, ce sont aussi les plus petits salaires. Aujourd’hui, les personnels des services supports veulent tous aller en Ehpad et à l’hôpital et ils ont bien raison. Sur un Smic, le CTI c’est 19% d’augmentation. Pour éviter l’hémorragie, certaines collectivités locales ont décidé de compenser sur leurs propres fonds mais cette décision au niveau national est incompréhensible. C’est un manque de respect profond pour ces personnels. »

Dans leur courrier les directeurs s’interrogent sur les finalités de cette exclusion : « devons-nous comprendre que l’avenir de ces métiers dans nos établissements et services médico-sociaux doit être délégué au secteur privé commercial, sous forme de marchés de services, pour les prestations de restauration, d’entretien des locaux, de maintenance des bâtiments, de paie, de gestion du personnel et de comptabilité ? Ou bien s’agit-il d’une volonté de supprimer les établissements publics autonomes au profit d’un rattachement aux établissements de santé ? » « Ce qui est sûr c’est que si l’injustice persiste nous ne trouverons plus de personnel administratif et technique », conclut Henri Bardel.

« Personne », un documentaire sur les oubliés du Ségur

Tourné dans les établissements Apajh, Action réseau innovation pour les personnes en difficulté motrice cérébrale et cognitive (Arimoc) et Hapogys de Gironde entre décembre 2021 et janvier 2022, soit avant les annonces de la conférence des métiers du médico-social, le documentaire Personne se présente comme une ode à l’engagement des professionnels dans ces « métiers passion ».

Les réalisatrices Lorraine Reinsberger et Eva Carrette montrent également les ravages du manque de reconnaissance et de la perte d’attractivité engendrés par un Ségur à géométrie variable, menaçant des services, limitant l’accompagnement au minimum, supprimant des activités… bien loin des ambitions d’une société inclusive pour les personnes en situation de handicap les plus fragiles.
Le film a été tourné avec le soutien de Paralysie cérébrale France.

Sources: Hospimedia