Alors que la période de réserve du Gouvernement s’ouvre le 18 mars, Sophie Cluzel a présenté les dernières avancées dans la concrétisation du plan de transformation des établissements et services d’aide par le travail. La secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées se félicite de cette « grande étape ».

article-sophie-cluzel

« Nous partons avec la satisfaction du travail bien fait« , sourit Caroline Dekerle, conseillère emploi auprès de Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées. Cette dernière s’est rendue ce 17 mars à l’établissement et service d’aide par le travail (Esat) des Saules à Orly (Val-de-Marne) afin d’y présenter les dernières avancées du plan de transformation de ces établissements, devant un parterre de personnes en situation de handicap, de représentants associatifs et syndicaux et de professionnels. Ce plan, coconstruit avec les acteurs, touche en effet au but. La secrétaire d’État se satisfait des avancées obtenues. « C’est une grande étape, nous pouvons être fiers, tous. » Luc Gateau, président de l’Unapei, estime quant à lui qu’il est « émouvant d’arriver à faire avancer cette notion d’Esat qui nous est si chère.

Nous sommes vraiment en train de franchir une nouvelle marche pour la reconnaissance des personnes. » C’est « formidable », ajoute simplement Serge Widawski, directeur général d’APF France handicap.

Loi 3DS et dispositions règlementaires

En effet, un projet de décret concrétisant les mesures négociées dans le plan de transformation des Esat devrait être examiné ce 18 mars par les membres du Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH). Ce texte devrait non seulement inclure les dispositions de la loi relative à la différenciation, la décentralisation, la déconcentration et portant diverses mesures de simplification de l’action publique locale (3DS), mais aussi les mesures ne nécessitant pas un vecteur législatif. Ainsi, le droit au retour en établissement, la sécurisation des cumuls de temps partiels en milieu protégé et en milieu ordinaire ou encore la création d’équivalents de « délégués du personnel » devraient être rendus concrètement possibles.

D’après Sophie Cluzel, « nous sommes en train de recadrer ce que devraient être les Esat, des lieux-tremplins ».

« Il faut maintenant travailler sur l’environnement »
Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées

Si la communication de la secrétaire d’État devrait se réduire — période de réserve électorale oblige —, une instruction aux ARS est encore en cours de rédaction. En outre, des groupes de travail sont à l’ouvrage : sur le livret d’accompagnement et de compétences, sur le simulateur de revenus de l’allocation aux adultes handicapés (AAH) en partenariat avec les caisses d’allocations familiales, ou encore sur les évaluations par les maisons départementales des personnes handicapées (MDPH).

Qu’adviendra-il de ces groupes une fois le mandat fini ? « J’espère qu’ils continueront à travailler », plaisante Caroline Dekerle. En effet, le chantier n’est pas achevé. « Nous avons beaucoup œuvré sur l’accompagnement, il faut maintenant que nous travaillions sur l’environnement », poursuit Sophie Cluzel, appelant « tous les professionnels qui accompagnent les personnes en situation de handicap » à se pencher sur cette question.

Terminologie

Il a également beaucoup été question de sémantique lors de ce déplacement ministériel hautement symbolique. Exit l’appellation d’« usager » auquel il pourrait être préféré celle d‘ »agent de production ». Sophie Cluzel invite également à penser l’évolution professionnelle des personnes en situation de handicap en termes de « carrière » et non plus uniquement en termes de « parcours« . Reste à savoir ce qu’il adviendra du terme de reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé.